Sautillement de paupière, de la cuisse… : rien d’inquiétant

Posté le 10/11/2017| Par RAAU CENTER| Dans Santé
Sautillement de paupière, de la cuisse… : rien d’inquiétant

Vous avez une ou les paupières qui clignotent, la cuisse qui sursaute, ces brèves secousses involontaires d'un muscle s’appellent des fasciculations et sont la plupart du temps sans gravité. Elles sont provoquées par des contractions involontaires des muscles et peuvent toucher n'importe lequel d’entre eux, bien que ce soit les paupières et les membres qui soient le plus souvent concernés.
 
DES REACTIONS INCOMPREHENSIBLES
 
Ces réactions sont provoquées par des activations inopinées des fibres nerveuses à l’origine des contractions musculaires. Au final, un léger mouvement transmis à la peau se produit et se répète. On ignore ce qui provoque réellement l'activation ou l'irritation de la fibre nerveuse concernée. Le site où apparait le trouble ne correspond pas non plus nécessairement à celui où a réellement lieu l'excitation de la fibre nerveuse, ce qui complique la compréhension de ces troubles…
 
UNE ORIGINE ENCORE FLOUE
 
Quelques minutes, plusieurs heures, voire plusieurs jours, les fasciculations peuvent durer plus ou moins longtemps. Heureusement, elles sont dans la grande majorité des cas totalement bénignes et ne révèlent pas non plus l'existence d'une maladie sous-jacente.  De ce fait, elles n’ont que peu attiré l’attention des chercheurs et leur origine reste encore floue.
 
DES FACTEURS IDENTIFIES
 
Leur étude a tout de même permis d'identifier quelques facteurs susceptibles de les provoquer, tels que le manque de sommeil, l'excès d'activités sportives, un manque de magnésium et l’abus de certaines substances stimulantes comme la caféine. Chez certaines personnes, ces troubles sont très fréquents, on parle alors de syndrome de fasciculations et cela peut nécessiter une prise en charge médicamenteuse. Les traitements sont comparables à ceux utilisés pour le traitement des attaques épileptiques. Une autre approche consiste à limiter le stress, qui est potentiellement lié à ces fasciculations. Faire davantage d'exercice, dormir plus, travailler moins ou supprimer tout excitant font partie des bonnes attitudes à adopter. Avoir recours à des compléments de magnésium peut également permettre de faire disparaitre le trouble.