La dyslexie : quand les lettres et les sons ne riment pas

Posté le 14/02/2018| Par RAAUCENTER| Dans Santé
La dyslexie : quand les lettres et les sons ne riment pas

Longtemps, les enfants dyslexiques étaient considérés comme des enfants attardés. Heureusement, cette idée n‘est plus du tout d’actualité. Nous savons depuis plusieurs décennies que ce trouble n’est du à aucune déficience mentale, mais simplement à un mode de fonctionnement différent.
La dyslexie a des conséquences et des degrés d’expression différents d’un enfant à l’autre, mais une définition générale peut tout de même être retenue : la dyslexie est un trouble du langage écrit, qui persiste au-delà de l’âge normal d’apprentissage de la parole, chez des enfants normalement intelligent et qui ne souffrent d’aucun déficit mental ni trouble psychologique.
Ainsi un enfant dyslexique pourra avoir une très bonne expression orale, mais, d’une manière générale, la lecture et l’orthographe ne seront pas ses amis...
 
DES CERVEAUX DIFFÉRENTS
 
Un cerveau dyslexique à un ensemble de fonctions qui agissent différemment dans la reconnaissance visuelle, auditive, spatiale et temporelle du langage écrit.
Un enfant dyslexique ne peut pas acquérir les automatismes indispensables à l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et quelques fois même de l’expression orale. Ces mécanismes inconscients qui nous permettent d’associer spontanément et sans réfléchir les lettres aux sons. Concrètement, mais à des degrés variés, l’enfant dyslexique confond les lettres dont les formes sont proches ou phonétiquement peu différentes, il inverse les syllabes et il omet certains sons.
 
UN APPRENTISSAGE DIFFÉRENT
 
La dyslexie n’est pas une maladie, c’est un état. L’objectif pour les dyslexiques n’est donc de guérir, mais de pouvoir vivre mieux leur différence. Une rééducation personnalisée et individuelle, réalisée avec un orthophoniste, permet au dyslexique de compenser les problèmes qu’il peut rencontrer. Le but du spécialiste est de trouver une méthode, un mode de fonctionnement, qui s’appuie sur les capacités et la sensibilité de l’enfant pour palier ses automatismes déficients.
Ces séances de rééducation basées sur la manipulation de syllabes et l’écoute de sons permettent d'activer de nouveaux circuits mentaux.
 
DES CAPACITÉS HORS NORME
 
Les difficultés d'apprentissage des dyslexiques sont parfois compensées par des talents et des aptitudes hors du commun.
Il n’est donc pas surprenant de compter au sein de la grande famille des dyslexiques des célébrités comme : Léonard de Vinci, Rodin, Picasso, John Lennon, Marlon Brando, Tom Cruise, Walt Disney, Spielberg, Agatha Christie, Bill Gates, Einstein, Edison, Pasteur, Churchill, Kennedy, etc.
En marge de leur différence, les enfants dyslexiques ne sont pas dénués de qualités. Ils savent se faire remarquer grâce à leur volonté de bien faire, leur courage, leur ténacité, leurs aptitudes en mathématiques et en sciences, leurs qualités oratoires, leur sensibilité certaine, leur créativité, etc. Il est très important de les soutenir dans leurs difficultés et de les aider à trouver les domaines dans lesquels ils excellent, afin de préserver leur confiance en eux.