​L’énurésie, tout le monde s’en sort !

Posté le 28/06/2018| Par RAAUCENTER| Dans Santé
​L’énurésie, tout le monde s’en sort !


En règle générale, les enfants contrôle leur vessie en journée vers l'âge de deux ou trois ans. La propreté nocturne s'acquiert plus tardivement et ce n'est que vers cinq ans qu'ils n'ont plus d'accidents durant leur sommeil.  
L'énurésie est une émission involontaire d'urines au cours du sommeil après l'âge de 5 ans et régulièrement. Cette situation touche un enfant sur cinq à l'âge de 5 ans et majoritairement les garçons. Avant cette échéance, il n'y a donc rien de préoccupant à ce que votre petit ou votre petite arrose encore ses draps lors de son sommeil. Dans la plupart des cas, le pipi au lit nocturne est d'abord un problème de maturation qui cesse spontanément entre les âges de 6 et 8 ans, bien qu'il persiste parfois jusqu'à l'adolescence.
 
DES CAUSES VARIABLES
 
Aussi désagréables soient-elles, ces émissions involontaires et inconscientes d'urine constituent un phénomène le plus souvent bénin. À part les enfants dont l’énurésie accompagne un diabète ou une infection urinaire, les causes peuvent être d'ordre physiologique (sommeil très profond, insuffisance d’hormone antidiurétique qui diminue le volume des urines la nuit, vessie trop petite, etc.) ou d'ordre psychologique (un évènement comme la naissance d’un bébé ou la séparation des parents peuvent perturber l’équilibre de l’enfant, etc.).
Dans le premier cas, un médecin pourra préconiser un traitement. Dans le second cas, l’aide d’un psychologue pourra aider l’enfant à extérioriser autrement ses angoisses. Il faut aussi savoir qu’un enfant a six fois plus de risque d’être énurétique quand un de ses parents l’a été lui-même.
 
NE PAS DRAMATISER
 
La majorité des enfants qui mouillent leur lit cachent leurs draps et pyjamas parce qu’ils ont honte et par crainte de se faire disputer. Pourtant, l'énurésie est involontaire. L'humiliation et la punition de l'enfant ajoutent donc à son problème. Il est également faux de croire que parce que l'enfant ne mouille pas son lit lorsqu'il n'est pas chez lui, il doit pouvoir, avec un peu plus de volonté, faire de même dans son propre lit. Quelle que soit la situation, la dédramatisation du problème accompagnée d’explications est nécessaire pour les parents et les enfants qui, souvent, culpabilisent et ressentent de la honte devant ce phénomène. La première chose à garder à l’esprit est que le phénomène touche de nombreux enfants et que tout le monde arrive à s'en sortir.
ENTRETRENIR DE BONNES HABITUDES
Certaines bonnes habitudes aident à résoudre le problème : limiter les boissons et la soupe le soir, le faire aller aux toilettes avant le coucher, lui laisser une petite lumière s'il a peur du noir, lui proposer un pot à côté de son lit afin de faciliter ses levées nocturnes, etc.
À l'inverse, il est cruel et déstabilisant d'obliger l'enfant à se lever la nuit.
Une autre erreur consiste aussi à lui laisser des couches la nuit. Elles risquent en effet de le maintenir dans la régression. Si ces mesures sont inefficaces, c’est souvent que l’enfant n’est pas encore prêt et que quelques mois supplémentaires lui seront nécessaires.
Quoiqu'il en soit, rassurez-vous, à de rares exceptions prés, ce problème disparaît toujours avant l'âge de 20 ans !