Douleur psychogène, ce mal qui vient de la tête

Posté le 28/02/2018| Par RAAUCENTER| Dans Santé
Douleur psychogène, ce mal qui vient de la tête

La douleur est une alerte du corps qui accompagne la lésion d’un tissu ou d’un organe. Elle nous prévient d’un dérèglement localisé de notre organisme. C’est une invitation à agir pour y remédier. Mais, il arrive qu’elle ait une origine purement psychologique…
Quand la douleur est psychogène, elle n'est accompagnée d'aucune maladie, aucune lésion susceptible d'expliquer sa survenue et son intensité. Il ne faut pas pour autant la prendre à la légère, car elle peut s’accompagner d’une dépression et peut être si intense qu’elle pousse parfois les patients au suicide. Plusieurs millions de personnes en souffriraient.
 

UNE ORIGINE INCONNUE

 
Les douleurs psychogènes ont une caractéristique : elles ne sont pas soulagées par la prise d’anti-douleurs et nécessitent le recours à des anxiolytiques et des psychotropes, qui agissent sur le système nerveux central, pour être soulagées.
Si ces derniers permettent de mieux vivre, ces traitements ne s’attaquent pas aux racines du problème. Ils calment provisoirement la douleur, mais ne la suppriment pas. Pourtant, ces douleurs sont bien réelles et peuvent être très handicapantes si elles ne sont pas soignées.
 

UN TRAITEMENT COMPLIQUÉ

 
Difficile pour les médecins de trouver le moyen de soulager ces douleurs de façon durable et profonde. Souvent, faute de traitement, les patients restent avec leur douleur. Ils sont rassurés de ne pas être atteints d’une quelconque affection, mais sont toujours sous le joug d’une douleur psychosomatique et avec pour conseil de se détresser en faisant, par exemple, du yoga.
 

PRENDRE EN CHARGE LE PSYCHISME

 
La difficulté réside dans le fait qu’il n’est pas toujours évident de décoder leur origine. Elles sont en général le reflet d’une souffrance psychologique, d’une angoisse ou d’une émotion refoulée en rapport avec un événement traumatisant, récent ou pas (deuil, échec, séparation, maltraitance, abandon, licenciement, etc.). Avoir mal permet alors d’exprimer ce qu’on n’ose pas dire ou d’éviter les situations difficiles à assumer, d’attirer l’attention de ses proches ou encore de refouler un sentiment de culpabilité ou d’agressivité. 
À l'instar des maladies psychosomatiques, c’est le corps qui parle. Il somatise et, dans ce cas, sa voie d’expression est la douleur.
La solution pour se débarrasser de ces douleurs est d’entreprendre un travail sur soi, en suivant une psychothérapie ou une thérapie.
Plutôt que de se pencher sur l’origine de la douleur, la thérapie cognitive agit directement sur le symptôme. La douleur peut être toujours là, prête à faire son apparition, mais le patient sait la gérer. Un premier pas sur le chemin de la guérison. L’homéopathie et l’acuponcture sont aussi des recours porteurs de mieux être.