Diabète : une question d’équilibre alimentaire

Posté le 23/05/2018| Par RAAUCENTER| Dans Santé
Diabète : une question d’équilibre alimentaire

Diabète : une question d’équilibre alimentaire
 
Le diabète de type 2 est de plus en plus répandu dans le monde et le Fenua n’est pas épargné puisqu’on estime que  20% de la population en est atteinte.
 
UNE MALADIE LIEE AU MODE DE VIE
 
Il s’agit d’une maladie liée à notre mode de vie. Elle est favorisée par une alimentation riche en sucres et en graisses, pauvre en fruits et légumes, mais également par une activité physique insuffisante.
 

Certains facteurs de risque sont aussi à considérer : avoir un excès de poids, être peu actif, avoir un parent diabétique, avoir fait un diabète pendant une grossesse ou avoir accouché d’un bébé de plus de quatre kilos augmentent en effet les risques de devenir diabétique. Il faut donc être encore plus vigilant dans ces cas-là.

 

UNE INSULINE ABSENTE OU DEFECTUEUSE

 
Un corps sain fabrique de l’insuline pour assimiler les sucres contenus dans les aliments et les stocker dans les muscles.
Une personne diabétique fabrique une mauvaise insuline ou de l’insuline en quantité insuffisante pour assurer ces mécanismes. Le sucre ne peut alors plus être utilisé correctement comme source d’énergie par les muscles et il reste dans le sang, provoquant de graves problèmes de santé.
 

UNE ACCUMULATION NOCIVE DE SUCRE

 
Avec le temps, le sucre abîme les artères qui finissent par se boucher, entraînant des problèmes au niveau des yeux, du cœur, des reins et des jambes. Heureusement, un diabétique qui se soigne, adopte une alimentation équilibrée et pratique une activité physique régulière peut préserver voire améliorer sa qualité de vie et a moins de risques de développer des problèmes.
 

DES DEBUTS SILENCIEUX

 
Pour limiter les complications que peut entraîner le diabète, il est donc très important de se faire soigner dès le début de la maladie. Mais là est la difficulté : il passe inaperçu les premières années.
Certains signes peuvent tout de même nous alerter : être régulièrement fatigué, avoir des plaies difficiles à guérir, avoir très souvent soif et uriner fréquemment et surtout la nuit. 
Le plus efficace est de se faire dépister au moins une fois par an si nous avons des facteurs de risque. Pour cela une simple analyse de sang suffit.