Les kilos et les émotions sont souvent liés

Posté le 20/09/2017| Par RAAU CENTER| Dans Nutrition
Les kilos et les émotions sont souvent liés

Le gain et la perte de poids sont étroitement liés aux habitudes alimentaires et à l’hygiène de vie. Mais la gestion de nos émotions influence directement notre capacité, justement, à gérer nos comportements alimentaires. Chacun gère ses stress et ses émotions négatives à sa façon, en fonction de son éducation, du modèle de ses parents et de son histoire. Pulsion verbale, anxiété, nervosité, boulimie... : les chemins d’expression sont variés et manger sans faim en est un.
 
1. LES ALIMENTS « POSITIFS »
 
Les mangeurs émotionnels trouvent du réconfort en se tournant vers la nourriture quand ils ressentent des émotions négatives, et plus particulièrement vers certains aliments chargés d’émotions positives. Mais cela ne leur apporte qu’un soulagement éphémère qui, de plus, installe l’organisme dans un système de compensation pernicieux. Parallèlement, la prise de poids conséquente devient elle-même une source de stress supplémentaire et le cercle vicieux est alors s’installer.
Lorsque nous agissons sous le coup de l'émotion, nous sommes donc susceptibles de modifier complètement nos comportements alimentaires, mais cela ne s’arrête pas là. Soumis à une agression psychologique et à cet afflux de nourriture, notre organisme réagit par ailleurs à ce bouleversement en stockant davantage de graisses.
Il chercherait à s’envelopper, à s’emmitoufler et à se protéger.
 
2. LES CLÉS POUR SE LIBÉRER
 
Avec la quantité de préparations culinaires et autres friandises disponibles dans les magasins, manger est un plaisir facile et une compensation très accessible qui ne demande, finalement, aucun effort.
Pour se libérer de ses dépendances alimentaires, l’objectif serait de lutter contre nos compulsions alimentaires. A chaque fringale, il faut s’interroger sur ce que l’on ressent réellement. Une question doit nous accompagner : ai-je vraiment faim ? La réponse n’est pas évidente quand les mauvaises habitudes alimentaires sont présentes depuis de nombreuses années. Difficile alors de démêler la véritable faim de l’alimentation émotionnelle. Le questionnement doit être davantage poussé pour approfondir notre analyse. Suis-je souvent attiré(e) par les produits présentés dans les publicités ? Ai-je tendance à grignoter après une journée stressante ? Quels types d’aliments me font le plus envie : salés, sucrés, gras ? Qu’est-ce que je ressens après avoir assouvi mon envie ? Etc.
En prenant soin d’identifier clairement la situation dans laquelle nous sommes, nous serons davantage en mesure de contrôler nos envies artificielles de manger. L’objectif final serait de détourner son attention sur autre chose, sur un autre plaisir…
 
3. POUR EN SAVOIR PLUS
 
Dans son livre « Les kilos émotionnels » Stéphan Clerget, psychiatre de renom, donne des clés pour se rééduquer, dans le but de réagir au stress ou à nos émotions négatives sans compenser par la nourriture et ainsi de nous libérer de nos kilos émotionnels. Le livre n’est pas source de miracles, mais donne des informations intéressantes pour toute personne en prise avec un problème de poids.